Notre étude porte sur le discours préfaciel des ouvrages médicaux à la Renaissance. Les médecins, dans leur préfaces, prennent conscience de leur statut d'écrivains et se prennent au jeu de la «varietas» et de ses diverses facettes: choix des matières et éloquence du discours. L'exornatio verbomm sert à l'illustration du discours et à garantir sa «perspicuitas» conformément aux exigences de la tradition rhétorique. Mais dans la préface médicale, elle contribue aussi à la construction de la «persona» de l'auteur-médecin, principalement, dans sa dimension morale. C'est ainsi que s'établit une sorte de symbiose entre l'èthos de l'auteur et l'éthique du médecin.

This content is only available via PDF.
You do not currently have access to this content.