Il s'agit ici d'analyser la façon dont al-Fārābī (870–950) a interprété l'ēthos aristotélicien dans les Didascalia in Rethoricam Aristotelis ex glosa Alpharabii, introduction de son Grand Commentaire à la Rhétorique d'Aristote. Alors qu'Aristote organise ses moyens de persuasion en fonction du critère de technicité (pisteis entechnoi vs pisteis atechnoi), al-Fārābī choisit de les classer selon un critère formel puisqu'il distingue les moyens de persuasion syllogistiques des moyens de persuasion non syllogistiques. Pour être cernée au plus près, l'interprétation farabienne de l'ēthos aristotélicien nécessite la prise en compte des conditions dans lesquelles la transmission de la Rhétorique d'Aristote s'est opérée dans le monde oriental, ainsi que le contexte culturel, politico-religieux et philosophique propre à la composition des Didascalia.

This content is only available via PDF.
You do not currently have access to this content.